This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mardi, 09 juin 2015 03:13

Musée Reza Abbassi

Musée Reza Abbassi

Dans une des principales artères de Téhéran, s’érige un batiment, qui s’arroge le privilège de conserver de riches collections d’?uvres d’art. Il s’agit du Musée Reza Abbassi, qui a ouvert ses portes, en septembre 1978.?Au fil des années, il a été agrandi et rénové afin d'accueillir la foule des visiteurs. En 1985, le musée fut, de nouveau, clos et rouvert, l’année suivante. Ce musée conserve, dans ses vitrines, des objets datant de la préhistoire jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, et se focalise, essentiellement, sur les arts picturaux et calligraphiques. Il retrace, admirablement, les changements, les évolutions et le perfectionnement des arts, de la pensée et des coutumes des Iraniens, depuis des temps immémoriaux.


Le musée porte le nom du grand miniaturiste de l’époque safavide, Reza Abbassi (1565-1635). Les ?uvres y sont réparties en deux sections distinctes, la réserve et les salles. Environ, 600 pièces, sont exposées au public.

Les pièces sont répertoriées, selon leur datation, et réparties dans deux salles : préislamiques (comprenant, également, la préhistoire) et islamiques.

Ce musée sur trois étages comporte cinq salles : 1) Art préislamique, 2) Art islamique 1, 3) Art islamique 2, 4) Peinture, 5) Calligraphie



Les pièces sont exposées de fa?on à mettre en relief les caractéristiques artistiques et culturelles propres à leur époque. Par exemple, la salle des pièces préislamiques comporte de nombreux objets en or, en argent ou autres métaux. Ceci, alors que les objets de la période islamique servaient, généralement, à un usage quotidien, tels que les poteries ou les manuscrits d’ouvrages scientifiques.

Les objets de la section des antiquités ont, généralement, été trouvés, lors de fouilles archéologiques, sur les sites historiques de Kermanshah, d’Azerba?djan, des régions du Nord de l’Iran et du Lorestan. Leur ancienneté s'étend du IIIe millénaire av. J.-C. jusqu’aux VIIe et VIIIe siècles av. J.-C. On y trouve des pièces en céramiques, dont des jarres, des pichets, des rhytons, ainsi que des bronzes du Lorestan, dont des armes, des mors, des brides, des harnais, des peignes, des tonneaux..


Les pièces de la période préislamique, pour la plupart, en or et en argent, mises à jour, surtout, dans les fouilles archéologiques, à Zivieh ou Marlik, concernent les périodes, mède, achéménide, arsacide, séleucide et sassanide.



La salle suivante est la première salle islamique où sont exposés des objets datant de l’Aube de l’Islam, jusqu’à l’ère seldjoukide (XIe-XIIIe). Ces pièces sont, généralement, en céramique ou métaux émaillés.

Ces objets sont décorés de transcriptions calligraphiques, à l’écriture coufique, de motifs floraux, embellies par des émaillages en lapis-lazuli. Il y a, également, des objets en verre ou faits avec des coquillages. Des vaisselles en fa?ence, des céramiques et des mosa?ques sont exposés, dans cette salle.



La troisième salle expose, également, des pièces d’art islamique, et couvre la période allant du XIIIe siècle, jusqu’à l’ère qajar. Ces pièces sont, également, souvent, en céramique, terre cuite, adobe ou métaux émaillés. Les décorations comprennent, entre autres, des motifs zoomorphes ou humains.


Dans la quatrième salle, sont exposées les ?uvres picturales, datées de la même période que la salle des arts islamiques 2, du XIIIe siècle à la période qajar. Cette salle comprend plusieurs manuscrits complets ou partiels du Shah-Name.

Cependant, les ?uvres les plus remarquables de cette salle sont les miniatures de Reza Abbassi lui-même : des miniatures, tels que "l’homme solitaire" ou "jeune homme, coupe à la main", ainsi que celles de son élève, Mo’in Mossavar, qui continua le chemin du ma?tre et affina ce style. Ces miniatures montrent l’influence et la rencontre de plusieurs écoles, telles que celle de Herat, de Neyshabour, de Boukhara, de Qazvin, de Tabriz, d’Ispahan et du Khorasan.



La cinquième et dernière salle du musée est la salle de la calligraphie, qui retrace le trajet de la calligraphie islamique, depuis le Xe siècle, jusqu’à l’époque qajar. Les thèmes de ces calligraphies sont variés, mais comprennent, essentiellement, des versets coraniques, des sentences et des poèmes. Il y a, également, plusieurs ouvrages scientifiques, mathématiques, astronomiques ou médicaux, dont les manuscrits ont été calligraphiés avec soin.

Les calligraphies employées couvrent, tout particulièrement, les styles des premiers siècles de l’hégire, tels que le coufique et ses dérivés (tholth, naskh, mohaghegh, reyhan, towghi’, regha’), ?uvres de grands ma?tres calligraphes.

En plus des salles citées, le Musée Reza Abbassi met à la disposition du public une importante documentation artistique et historique, ainsi qu’une médiathèque comprenant des documents audio visuels, un espace interactif d’enseignement, entre autres, de la calligraphie et de la peinture, une bibliothèque, ainsi qu’un fonds de revues anciennes, introuvables, ailleurs, en Iran. Le musée comprend, également, des salles d’exposition, où des ?uvres picturales sont souvent exposées, et des salles de conférence.

Pour en savoir plus, vous pouvez visiter le site web du musée : www.rezaabbasimuseum.ir

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafra?chir

写真人体-人体艺术在线-套图网站